Vertiges

Espérances, tristesses, joies,edelweiss
Passées au tamis de ma faim,
Je me reprends à espérer ;
Mais ne peux nullement attendre
L’hypothétique liberté
Ni la gagner, je le saisis !

Je me sublime en fleur-soleil,
Edelweiss des sommets de glace
Et déploie des inflorescences
Sur des capitules de quartz
Fleuris à la lueur du songe.

Je les laisse s’épanouir
Comme une forêt de bouleauxEdelweiss montagne
Et escalade les montagnes
Réceptives à mes appels.

À la clairière d’un ciel,
J’utilise des mots-crampons
Pour m’enivrer de cime en cime.

Amoureux des bornes du vide,
Je suis ardent funambule ivre
Sur le fil tendu des vertiges.

Claude Ozanne

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

deux × 1 =