Un sonnet pour Siné

Qui  voit ? Bientôt partile-caricaturiste-sine-pose-le-17-juillet-2008-a-vinnemerville-apres-avoir-realise-un-dessin-illustrant-son-licenciement-de-charlie-hebdo_5592959
Gouacher, jusqu’au bout
Ombres de Nuit debout,
L’œil du jour anéanti ?

Sa fine plume, dessine
Un sexe à Dionysos
Fantasmé jusqu’à l’os,
De pierre pour Œuvre insigne.

Siné : « Un cochon truffier
Rôde autour de moi. » Ç’est chier
De la part du camarade,

Belle Omerta sans dent
De penser la camarde
En crevant sexe bandant.

Claude Ozanne

 

 

 


 

SINÉ, dessinateur nous quitte à 87 ans

Sine_0_730_302

Une carrière de patron de presse commencée à 80 ans

« De Charlie Hebdo   à  Siné mensuel c’est la danse des canards »

Titre de Frédérique Roussel pour sa nécro de Libération du 6 mai 2016 sur la mort de Siné qui se nommait dans le civile SINET. Siné avait un père qui, en 1914, devant son fils âgé de 12 ans, met des torgnoles aux bidasses qui montent au front pour faire la guerre de 14-18 : en leur disant « N’y allez pas » Fidèle en cela à la chanson « Le déserteur » de Boris Vian qui lui vaudra aussi un procès.

Après s’être fait virer en 2008 par Philippe val qui l’accusait d’antisémitisme ; Voici l’objet du délit retranscrit mot pour mot dans sa chronique du 2 juillet 2008 sur le fils de Nicolas Sarkozy, Président  de la République jusqu’à 2012 :

« Jean Sarkozy, digne fils de son paternel et déjà conseiller général de l’UMP, est sorti presque sous les applaudissements de son procès en correctionnelle pour délit de fuite en scooter. Le parquet a même demandé sa relaxe ! Il faut dire que le plaignant est arabe ! Ce n’est pas tout : il vient de déclarer vouloir se convertir au judaïsme avant d’épouser sa fiancée juive, et héritière des fondateurs de Darty. Il fera son chemin dans la vie ce petit ! » Qui voit  là un passage antisémite ? Val et ses amis de la LICRA le jugent antisémite. Selon Frédérique Roussel : « val le met dehors pour éviter un procès et peut être aussi pour écarter un collaborateur historique qu’il ne goûtait guère. Le feuilleton dure l’été : les noms d’oiseaux volent bas, la blogosphère fulmine et les pétitions jouent la bataille rangée. Bob  a compris qu’il était temps de prendre les choses en main pour ne plus se laisser emmerder par la censure. Le 27 août 2008, il annonce le lancement de Siné Hebdo, avec une maquette maison, sans pub, du contenu qui « chie dans la colle » et une équipe « qui a de la gueule » dixit Delfeil de ton qui y contera ses années Hara Kiri, aux côtés de Geluck, Vuillemin, Michel Onfray, Raoul Vaneigem, Guy Bedos, Jacques Berroyer, Denis Robert… Poursuivi par la LICRA pour « incitation à la haine raciale »

Siné est relaxé le 24 février 2009 ; Les juges  considérant qu’il a usé de son droit de  satire. En décembre 2012, Charlie Hebdo sera condamné en appel pour préjudice moral et financier.

Quant à Siné Hebdo, il coule des jours rigolards pendant un an et demi avant le dépôt de bilan. Fin 2011, un nouveau journal satirique, Siné Mensuel, débarque dans le paysage, plus alerte et méchant que jamais, avec sa devise qu’on lui connait et les éditos illustrés de Siné. Et Frédérique Roussel de conclure qu’après avoir pris la tangent, la curée sur bob continue. Son dernier Siné Mensuel est en kiosques de puis mercredi 4 mai il a pour titre « Plus jamais couchés !

Un homme lève sa pancarte avec pour inscription le mot Grève et la femme la sienne portant le mot Générale.

Une belle entrée en matière de notre ami Anar qui, pour nous, n’est pas mort.

Sa pensée, comme celle de son père qui connue le bagne comme rebelle contre la guerre de 14-18, vit encore. Avec son ami le poète Jean Genet décédé en 1986, sa pensée mise au diapason de son combat, ne saurait mourir.

Achetez-le !

Encadrez la couverture 

Claude Ozanne