Reflet d’une aquarelle du peintre Leonor Fini

leonor fini

 

Au rythme soutenu
D’érotico-épure,
La trace, en femme nue,
Est de fine peinture.

Ce tracé du visage
Autrefois admiré,
Git, à présent, ailé,
Nuage et s’envisage.

L’aquarelle de Fini
Est portrait à malice,
Offertoire en calice,
En reflets infinis.

L’aquarelle sous verre
S’orne des reflets d’or
De la belle Leonor
Qui n’a rien d’austère.

Son Éros a bon dos,
N’ayant rien d’un fauve ;
Ce verre offre un œil mauve
Dans son espace clos.

Claude Ozanne

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

6 − deux =