Ton œil Ann Saint-Cire est un diamant

Ton œil, Ann Saint -Cire, est un diamant
aussi grand que la rosace de la cathédrale de Béziers.

 

Ton œil est ce reflet d’âme, en cathédrale,
La fleur minérale enserrée dans sa pierre,
Rosace d’âme dans un écrin de lierre,
Qu’imagine l’Ange du pays Cathare.

L’Ange, invisible, encadre l’œil de ton être,
Rose de vitrail, visage, au regard haut,
Sur fond de soleil, lumineux soleillot,
Chapeauté de l’œil au diamètre à dix mètres,

Plus enlevé que rosace de Genet
Poète, auteur de « Notre Dame des fleurs »*
Au cœur duquel, la lumière, au jour, ne meurt.

Diamant jeté au feu, foudroyé par Dieu
Fait homme pour sculpter la rose d’un art pieu
Qui, ma chère Ann, a l’éclat du Trobar, hé !**

Claude Ozanne

 

*Roman écrit dans sa prison de Fresnes en 1942 pour s’extraire de sa cellule, en attendant son audience, assisté de ses amis écrivains, entre-autres, Paul Sartre et Simone de Beauvoir et le poète Jean Cocteau, venus assister à son jugement.

**L’âme d’un Troubadour qui a chanté, au XIIe siècle, dans plusieurs cours d’amour dont celle qui jouxte la Cathédrale de Béziers. Sur son mur une plaque de marbre évoque trois noms dont celui de Stève, l’un des plus prisés dans le siècle d’or des Trobar. (en occitan)

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

19 + 4 =