De mon atelier du dernier étage

Ce matin un corbeau anime ma lumière.
Quittant son arbre pour l’Abbaye de Saint-Ouen,
De ce grand marronnier, son arbre, c’est tout un
Quand l’oiseau rejoint sa femelle sur la pierre.

À eux, se joignent d’autres corbeaux monogames
Formant la sarabande des points noirs au ciel
Explosant leur figure par leurs coupantes ailes
D’où jaillissent des perles formant une gamme.

 

atelier vu

 

 

 

 

 

 

 

Une gamme qui ruisselle
En veine suintant l’eau
Rouille aux fers, crachant faulx
Crachant sur la tourelle

Crachant sur l’atelier
21, rue des Faulx
Où siège un épervier
Qui se goberge d’eau.

Avec l’ouvrier, ho !
Marbrier et son seau
D’eau qui va à l’eau
D’un satané ruisseau !

Claude Ozanne

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

1 × quatre =