Effigie muette

Émergeant du silence
Que recouvre souvent
Ambiguïté du son
Inconnu, mais qui danse

Elle émerge d’un ton
Cette effigie muette
En sa forme fluette
Fulgurance du son,

Hier, la très active,
Mais aujourd’hui fictive,
Comme effigie en pose,

Émergeant, en psychose,
D’une frêle névrose
Elle sait prendre la pose.

Claude Ozanne

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

quatre × 4 =