Sans amour le poète n’est qu’un garçon de plage

I

Sans amour le poèteau secours
N’est qu’un garçon de plage.
Son déni s’envisage
En œil feu du mal d’être.

Il donne à l’existence
De qui pourrait l’aimer
Un sourire paumé
Encadré par l’absence.

La tête sans image,
N’est plus que de passage
Pour son propre naufrage.

Sans message, il est vague
Déferlante de rage,
Et cherche l’abordage.

II

Sans amour le poète est un garçon de plage,
Épave coulée parmi des femmes en fleurs
Laissées nues par jaloux en tenue de rigueur
Chambrées, aux camisoles pour qu’elles soient sage.

Femmes verrouillées par la ceinture morale
S’échinant à sourire au garçon de la plage
Qui n’a nulle chance, dépourvu d’avantage ;
Sans beauté mâle et d’argent, il est homme en mal.

Sans amour, le poète est un homme de plage
Un phallus délaissé qui rage et s’envisage.
Garçon plagiste dégorgeant ses pauvres mots.

Magicien à la mer pour un dernier passage,
Avant de couler au large avec tous ses maux,
Sans image, le poète est homme en naufrage.

Claude Ozanne

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

sept + dix-neuf =